Langue:

Vous quittez Lundbeck Suisse

Vous quittez maintenant lundbeck.com/ch. Veuillez noter que les informations de la page vers laquelle vous êtes redirigé peuvent ne pas être entièrement conformes aux exigences légales en Suisse, et que les informations relatives aux produits peuvent ne pas être entièrement conformes à l'information professionnelle suisse correspondante pour les médicaments. Toutes les informations doivent être discutées avec votre médecin et ne remplacent pas les conseils et le traitement de votre médecin.

elles sont transmises à

arrière

Migraine

Comprendre la migraine

Une crise de migraine est une forme de céphalée très sévère, souvent associée à des symptômes supplémentaires qui empêchent les personnes qui en souffrent de faire face normalement à la vie quotidienne.

Aperçu de la migraine

La migraine est une affection courante associée à des maux de tête sévères et très invalidants. Certains patients décrivent également une perturbation de la vision ou d'autres perceptions sensorielles, également appelée « aura ».

 

Souvent, les personnes atteintes peuvent identifier des déclencheurs ou des facteurs déclenchants qui augmentent la probabilité d'une crise de migraine. Les fluctuations hormonales du cycle féminin, une lumière très vive, le manque de sommeil, la faim, la déshydratation ou le stress en sont des exemples. Cependant, une crise de migraine commence souvent sans raison apparente. 

 

Chacun vit les crises de migraine différemment : certains peuvent gérer les symptômes eux-mêmes, d'autres ont besoin de médicaments.

Faits concernant la migraine

Une crise de migraine est une forme de mal de tête très
sévère qui rend impossible la poursuite normale de la vie quotidienne.


Certaines personnes souffrent également de troubles de la vision ou d'autres perceptions sensorielles, telles que des éclairs de lumière, des taches aveugles, des picotements ou des engourdissements, également appelés "aura"1,2

Les migraines sont aggravées par des mouvements normaux tels que la marche ou le fait de monter des escaliers.1 Lors d'une crise de migraine, des nausées, une sensibilité à la lumière et au son peuvent également survenir.1

 

Symptômes

La médecine distingue deuxgrands sous-types de migraines : Attaques avec et sans aura.

 

Les crises de migrainesans aura consistent en des maux de tête lancinants modérés à sévères qui se produisent typiquement d'un côté de la tête et généralement vers le front. Elles durent au moins quelques heures et parfois jusqu'à trois jours. Le mal de tête est aggravé par des mouvements normaux tels que la marche ou le fait de monter des escaliers. Des nausées et une sensibilité extrême à la lumière ou aux bruits peuvent accompagner les attaques.

 

Les crises de migraine avec aura consistent en des maux de tête qui se produisent en même temps qu'une série de troubles visuels tels que des éclairs de lumière, des motifs en zigzag ou des taches aveugles. D'autres perturbations sensorielles peuvent
également représenter une aura, comme des picotements, des fourmillements ou un engourdissement dans la main, le bras ou le visage. Dans de rares cas, des problèmes d'élocution deviennent également perceptibles. Les symptômes de l'aura peuvent durer de 5 minutes à une heure et commencent généralement avant le mal de tête.

 

Dans les heures ou même les jours qui précèdent et suivent une crise de migraine, les personnes qui en souffrent peuvent ressentir des symptômes tels que la fatigue, des difficultés de concentration ou une raideur de la nuque. La migraine chronique existe lorsque les crises sont très fréquentes, c'est-à-dire lorsque les maux de tête sont présents 15 jours ou plus par mois et qu'ils sont de type migraineux au moins 8 de ces jours.

 

1.3 bn

La migraine touche 1,3 milliard de personnes dans le monde.3

~ 20%

Environ 20 % des patients migraineux présentent des symptômes d'aura.2

~ 40%

Seuls 40 % des patients ont consulté un médecin au sujet de leur migraine.6

L'importance de la maladie

La migraine touche 1,3 milliard de personnes dans le monde, ce qui en fait l'une des maladies les plus répandues dans le monde. Statistiquement, la tranche d'âge la plus fréquemment touchée est celle des 35-39 ans. Les femmes sont généralement deux fois plus susceptibles de souffrir de migraines que les hommes. Environ 20 % des patients migraineux présentent des symptômes d'aura.

Une enquête mondiale de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a révélé que les personnes souffrant de migraines ou d'autres maux de tête sévères s'absentent en moyenne 7 jours par an de leur travail ou d'autres activités en raison de leur état. En outre, les personnes souffrant de migraines chroniques connaissent trois fois plus de jours où elles ne peuvent pas exercer leurs activités normales que les personnes souffrant de crises de migraines moins fréquentes. Même lorsque la migraine n'est pas aiguë, les personnes concernées peuvent en être affectées : se sentir à court d'énergie ou avoir des problèmes de santé émotionnelle et mentale peut être stressant.  

Faits concernant la migraine

La migraine est plus fréquente à l'âge moyen, le groupe d'âge le plus souvent touché par la migraine étant celui des 35-39 ans. 4   

Les personnes touchées par la migraine s'absentent en moyenne 7 jours de plus par an de leur travail ou de leurs loisirs.5

Toute personne qui reconnaît les symptômes de la migraine en elle-même, un ami ou un parent doit demander ou adresser une demande d'aide médicale

Diagnostic et traitement

La migraine est diagnostiquée sur la base des antécédents médicaux personnels. Il s'agit notamment de savoir à
quelle fréquence la douleur se produit, si elle est modérée à forte, « pulsatile » et ne se manifeste que d'un seul côté de la tête, si les déclencheurs du mal de tête sont connus et si d'autres symptômes physiques sont présents. Il est souvent recommandé de tenir un journal des maux de tête pour aider à établir le bon diagnostic.

 

Les changements de mode de vie, comme la promotion de repas et de sommeil réguliers, peuvent être utiles pour éviter les déclencheurs et réduire la fréquence des crises de migraine.3


 

Si une crise de migraine est imminente ou s'est déjà produite, des médicaments peuvent atténuer la gravité de la crise. Cependant, la prise de médicaments ne peut pas seulement aider dans les cas aigus, une thérapie continue peut également avoir un effet prophylactique et réduire la probabilité de nouvelles crises de migraine. Toutefois, la condition préalable est que les personnes concernées cherchent à obtenir un traitement médical. Pourtant, seulement 40 % des personnes qui souffrent de migraines consultent un médecin et seulement 60 % traitent leurs migraines de quelque manière que ce soit, selon les résultats d'une étude à long terme s'étendant sur 30 ans.10

 

Une bonne gestion médicale des migraines est également importante car la surconsommation d'analgésiques   peut aggraver un mal de tête existant. C'est ce qu'on appelle le « mal de tête par abus médicamenteux ».

  1. Headache Classification Committee of the International Headache Society (IHS). The International Classification of Headache Disorders, 3rd edition. Cephalalgia. 2018;38(1):1–211.
  2. Pavlovic JM, Buse DC, Sollars CM, Haut S, Lipton RB. Trigger factors and premonitory features of migraine attacks: summary of studies. Headache. 2014;54(10):1670–1679.
  3. Weatherall MW. The diagnosis and treatment of chronic migraine. Ther Adv Chronic Dis. 2015;6(3):115–123.
  4. GBD 2017 Disease and Injury Incidence and Prevalence Collaborators. Global, regional, and national incidence, prevalence, and years lived with disability for 354 diseases and injuries for 195 countries and territories, 1990–2017: a systematic analysis for the Global Burden of Disease Study 2017. Lancet. 2018;392(10159):1789–1858
  5. GBD 2016 Headache Collaborators. Global, regional, and national burden of migraine and tension-type headache, 1990–2016: a systematic analysis for the Global Burden of Disease Study 2016. Lancet Neurol. 2018;17(11):954–976.
  6. Alonso J, Petukhova M, Vilagut G, Chatterji S, Heeringa S, Üstün TB, et al. Days out of role due to common physical and mental conditions: results from the WHO World Mental Health surveys. Mol Psychiatry. 2011;16(12):1234–1246.
  7. Adams AM, Serrano D, Buse DC, Reed ML, Marske V, Fanning KM, et al. The impact of chronic migraine: the Chronic Migraine Epidemiology and Outcomes (CaMEO) Study methods and baseline results. Cephalalgia. 2015;35(7):563–578
  8. Raggi A, Giovannetti AM, Quintas R, D’Amico D, Cieza A, Sabariego C, et al. A systematic review of the psychosocial difficulties relevant to patients with migraine. J Headache Pain. 2012;13(8):595–606.
  9. National Institute for Health and Care Excellence (NICE). Headaches in over 12s: diagnosis and management. Clinical guideline. 2012. Available from: http://nice.org.uk/guidance/cg150 [accessed 15 October 2019].
  10. Merikangas KR, Cui L, Richardson AK, Isler H, Khoromi S, Nakamura E, et al. Magnitude, impact, and stability of primary headache subtypes: 30 year prospective Swiss cohort study. BMJ. 2011;343:d5076.

  1. Headache Classification Committee of the International Headache Society (IHS). The International Classification of Headache Disorders, 3rd edition. Cephalalgia. 2018;38(1):1–211.
  2. Weatherall MW. The diagnosis and treatment of chronic migraine. Ther Adv Chronic Dis. 2015;6(3):115–123.
  3. GBD 2017 Disease and Injury Incidence and Prevalence Collaborators. Global, regional, and national incidence, prevalence, and years lived with disability for 354 diseases and injuries for 195 countries and territories, 1990–2017: a systematic analysis for the Global Burden of Disease Study 2017. Lancet. 2018;392(10159):1789–1858.
  4. GBD 2016 Headache Collaborators. Global, regional, and national burden of migraine and tension-type headache, 1990–2016: a systematic analysis for the Global Burden of Disease Study 2016. Lancet Neurol. 2018;17(11):954–976. 
  5. Alonso J, Petukhova M, Vilagut G, Chatterji S, Heeringa S, Üstün TB, et al. Days out of role due to common physical and mental conditions: results from the WHO World Mental Health surveys. Mol Psychiatry. 2011;16(12):1234–1246.
  6. Merikangas KR, Cui L, Richardson AK, Isler H, Khoromi S, Nakamura E, et al. Magnitude, impact, and stability of primary headache subtypes: 30 year prospective Swiss cohort study. BMJ. 2011;343:d5076.

plus de lundbeck

Plus de Lundbeck  

Une société pharmaceutique spécialisée qui se concentre exclusivement sur les maladies du cerveau.

Recherche et développement

La R&D de traitements nouveaux et améliorés est au cœur de notre activité.

Durabilité

Lundbeck reste engagé dans le développement durable par le biais de notre stratégie forte.