1915-1925

Les premières années

1915-1925

Le 14 août 1915, Hans Lundbeck fonda une société à Copenhague, Danemark. Sa première employée fut une jeune danoise qui avait remporté plusieurs années les championnats de dactylographie. Cette jeune femme devint ensuite sa femme et la créatrice de la fondation Lundbeck.

L'entreprise faisait commerce dans des secteurs très divers : machines, biscuiterie, confiserie, édulcorants, équipement cinématographique, appareils photos, papier photographique et d’aluminium. Elle louait aussi des aspirateurs.

Hans Lundbeck (1885-1943)

Grete Lundbeck (1900-1965)

En 1924, Eduard Goldschmidt fut embauché par la société. Il fit profiter l'entreprise de son expérience des industries chimique et pharmaceutique et de plusieurs contrats de représentation de firmes pharmaceutiques concernant notamment des suppositoires et des antidouleurs. L’entreprise élargit aussi son offre de produits à l’eau de Cologne et aux pommades et acquit sa première presse pour la fabrication des comprimés.

Eduard Goldschmidt (1901-1950)

Le saviez-vous

Même si la situation reste à déplorer, les victimes de la Première Guerre mondiale offrirent une opportunité de recherche sans égal aux neurologues. Par l’observation des troubles physiques et psychiques résultant des traumatismes de la guerre, ils purent établir des correspondances entre les différentes sous-parties de notre système nerveux central et des facultés précises. En 1917, Julius Wagner Ritter von Jauregg décrivit la première solution thérapeutique psychiatrique causale lorsqu’il découvrit le traitement de la paralysie générale de la neurosyphilis par l’impaludation. En 1920, Otto Loewi réalisa la première expérience qui mettait en évidence la nature chimique de la conduction nerveuse. L’année 1922 marqua le début du traitement des patients schizophrènes par les cures de sommeil. On administrait aux patients de fortes doses de Somnifen (un barbiturique) afin de les endormir pendant des journées entières lors de cures de deux à trois semaines.

Nos propres installations de production

1926-1935

Pendant les premières années de son existence, l'entreprise avait une activité de négoce. À partir du milieu des années 20, elle incorpora à son offre de produits des substances pharmaceutiques très diverses.

En 1933, Lundbeck commercialisait 42 000 couronnes danoises de produits chimiques tandis que son offre d’autres produits s’amenuisait progressivement.

Dans les années 30, Lundbeck débuta ses activités propres de fabrication et de conditionnement de médicaments au Danemark. En raison de l'augmentation de la production, l'entreprise eut besoin de plus d'espace et de recruter du personnel supplémentaire. C’est ainsi que Lundbeck entama son parcours de développement.

En 1927, Lundbeck déménagea dans des locaux neufs et plus grands au centre de Copenhague.

Le saviez-vous

En 1929, Hans Berger fit la première démonstration d’électroencéphalographie humaine (EEG), technique de mesure et d’enregistrement de l’activité électrique du cerveau. L’invention de Berger est encore utilisée couramment en neurologie et en psychiatrie pour réaliser des examens à but diagnostique et aussi dans la recherche sur le cerveau. En 1933, Manfred Sakel rendit compte des premiers résultats de ses expériences menées à Berlin, Allemagne, pour déterminer l’efficacité du traitement de patients schizophrènes par la technique du coma insulinique. Les traitements somatiques des maladies mentales tels que l’électroconvulsivothérapie et la psychochirurgie étaient en train d’être développés. Ces traitements découlaient d’une conception organiciste des troubles mentaux qui supposait que les maladies mentales résultaient d'un déséquilibre corporel biologique et étaient comparables aux maladies physiques. Durant les années 30, Wilder Penfield, assisté de son confrère Herbert Jasper, inventa la méthode de Montréal par laquelle il traitait les patients souffrant d’épilepsie sévère en détruisant les cellules nerveuses de la zone du cerveau jouant un rôle dans la survenue des crises. Avant d’intervenir chirurgicalement, il stimulait le cerveau des patients sur la table d’opération à l’aide d’électrodes. Les patients étaient conscients car ils n’avaient subi qu’une anesthésie locale. En observant leurs réponses à cette stimulation, Penfield pouvait cibler plus précisément les zones du cerveau responsables, et donc réduire les effets secondaires de la chirurgie. Cette méthode est encore utilisée aujourd’hui avec des résultats satisfaisants.

Le premier produit développé par la firme

1936-1945

En 1937, Lundbeck recruta son premier salarié scientifique, le pharmacien Oluf Hübner, qui apporta à l’entreprise d’autres substances pharmaceutiques et débuta le dialogue que Lundbeck entretient de longue date avec le corps médical.

En 1937, en coopération avec l’institut de biologie de la Fondation Carlsberg, Lundbeck mis au point son premier médicament développé en interne, appelé Epicutan®, indiqué pour la cicatrisation des plaies. Le succès d’Epicutan® encouragea l'ambition internationale de Lundbeck et lui apporta la confiance nécessaire à la recherche permanente de nouvelles opportunités de recherche, forces motrices qui caractérisent encore la société aujourd'hui. En 1939, l’entreprise s’établit à Valby en banlieue de Copenhague, s’assurant ainsi de disposer de capacités de production suffisantes. Son siège social s’y trouve encore aujourd’hui. Sous la conduite d’Oluf Hübner, Lundbeck érigea ses premières installations de recherche chimique, créant ainsi les conditions nécessaires au développement du médicament Lucosil® indiqué pour le traitement des infections urinaires. La société comptait alors 45 salariés au total.

P.V. Petersen (1920-1988).

Installations de fabrication, Ottiliavej 7, Valby, Danemark.

Suite à la mort de Hans Lundbeck en 1943, Poul Viggo Petersen rejoignit l’entreprise avec pour mission de stimuler les recherches pharmaceutiques menées par Lundbeck. En 1946, P.V. Petersen se rendit en Allemagne d’où il rapporta une substance à partir de laquelle Lundbeck développa l’analgésique puissant Ketogan®, dont le pouvoir antalgique était deux fois plus grand que celui de la morphine. Grâce aux ventes de Ketogan®, Lundbeck entama une nouvelle période de forte croissance marquée par l’importance des marchés internationaux par rapport aux marchés locaux.

Le saviez-vous

En 1935, le portugais Egas Moniz fut le premier neurologue au monde à effectuer une lobotomie. Les premières lobotomies réalisées aux États-Unis les années suivantes furent le fait de Walter Freeman et James W. Watts. L’objectif recherché était de calmer des patients violents ou émotifs qu’il était impossible de maîtriser. Cette intervention s'avéra fructueuse, du moins dans un premier temps. Toutefois, la lobotomie était associée à un taux de mortalité de vingt-cinq pour cent. De plus, les patients lobotomisés perdaient la capacité de maîtriser leurs pulsions, étaient anormalement calmes et superficiels et/ou ne montraient absolument aucune émotion. L'arrivée des psychotropes entraîna le déclin de cette pratique. En 1949, Egas Moniz obtint le prix Nobel pour ses travaux. En 1936, les médecins italiens Ugo Cerletti et Lucio Bini administrèrent le premier traitement de choc par l’électricité à un patient schizophrène avec de bons résultats. Cette pratique se répandit rapidement et fut surtout utilisée aux États-Unis et en Europe. En dépit des abus antérieurs, ce traitement est toujours utilisé de manière probante aujourd’hui, mais sous une forme considérablement modifiée. En 1937, H. Houston Merritt et Tracy J. Putnam décrivirent les résultats remarquables qu’ils avaient obtenus en traitant les absences et les crises psychiques graves (épilepsie) par la phénytoïne.

Intensification des recherches en neurosciences

1946-1955

Au cours des années qui suivirent la Seconde Guerre mondiale, Lundbeck intensifia ses travaux de recherche, posant les premières pierres du développement des médicaments qui seraient à l'origine de sa renommée internationale ultérieure.

Au début des années 50, Lundbeck employait 180 personnes.

L’entreprise embaucha son propre chercheur en microbiologie, Ladislaus Szabo, qui contribua à élaborer les premiers antibiotiques Lundbeck, Tyrosolvin et Tyrosolvetter, au début des années 50. Grâce à son offre d’antibiotiques, Lundbeck jouit d’un positionnement favorable sur le marché Nord-Américain et les autres marchés internationaux.

En 1954, Grete Lundbeck, veuve de Hans Lundbeck, le créateur de l’entreprise, créa la Fondation Lundbeck dans le but de consolider et de développer les activités de l’entreprise, mais aussi de fournir un appui financier aux initiatives à visée principalement scientifique et à la lutte contre les maladies. En 1954, Lundbeck fit ses premiers pas dans le domaine des traitements en psychiatrie en obtenant une licence de vente de Lacumin®, médicament développé par la société pharmaceutique allemande Chemishe Fabrik Promonta.

Si Lacumin® ne fut malheureusement jamais un grand succès commercial, il éveilla l'intérêt de Lundbeck pour le développement de médicaments pour le traitement des maladies mentales.

En 1950, Lundbeck devint une société de capitaux avec un capital social de 1 million de couronnes danoises.

Le saviez-vous

Le physiologiste suisse Walter Rudolf Hess obtint le prix Nobel en 1949 pour avoir localisé dans le cerveau les zones intervenant dans le contrôle des organes internes. Hess utilisa des techniques de stimulation cérébrale mises au point à la fin des années 20, à l'aide d'électrodes implantées dans certaines aires anatomiques bien définies du cerveau. Il put ainsi obtenir une représentation des zones du cerveau correspondant à certaines réponses physiologiques. En stimulant l’hypothalamus, il parvint à induire des comportements allant de l’excitation à l’apathie en fonction de la zone stimulée. C’est aussi en 1949 que le psychiatre australien J.F.J Cade lança l’utilisation de psychotropes à base de lithium, marquant le début de l’ère florissante de la psychopharmacologie. Ce lancement fut suivi de la mise sur le marché de plusieurs antipsychotiques performants dans les années 50. Si ceux-ci ne guérissaient pas les psychoses, ils permettaient d'en atténuer les symptômes. En 1952, la chlorpromazine (dont le nom usuel est Thorazine), substance découverte en France, fut le premier médicament antipsychotique mis sur le marché.

Le premier médicament antipsychotique

1956-1965

En 1959, Lundbeck lança Truxal®, l’un des premiers antipsychotiques mondiaux, dont les ventes dépassèrent celles des autres produits de la firme pendant les années 60 et 70. Une nouvelle ère dans le développement d'antipsychotiques débutait pour Lundbeck.

En raison du succès rencontré par Truxal® pour le traitement de la schizophrénie, une augmentation des capacités de production s’avéra nécessaire. En 1961, Lundbeck acheta une ancienne laiterie à Lumsås, au Danemark, et entama peu après la production de substances actives.

Entrée principale du site de Valby avant 1964.

Ouvriers occupés à la construction des locaux de Lumsås.

Au début des années 60, l’entreprise lança l’antidépresseur Saroten®. Ce lancement marquait le début de l'intérêt de Lundbeck pour cette famille de médicaments, orientation qui aboutirait par la suite à la découverte du citalopram et au développement de Cipramil®.

Le saviez-vous

L’imipramine, premier antidépresseur tricyclique, fut développée à la fin des années 50. En septembre 1958, à l’occasion du premier congrès international de neuropharmacologie à Rome, Italie, le docteur Freyhan de l’université de Pennsylvanie, Etats-Unis, fut l'un des premiers médecins à exposer les effets de l'imipramine administrée à un groupe de 46 patients, dont la plupart présentaient un diagnostic de « dépression psychotique ». Les patients participant à l'étude avaient été retenus en fonction de leurs symptômes tels que l'apathie dépressive, le ralentissement psychomoteur et les sentiments d'impuissance et de désespoir.

Croissance mondiale

1966-1975

Entre 1960 et 1970, les effectifs de l’entreprise doublèrent pour atteindre 680, dont une centaine de personnes en poste à l'étranger. Lundbeck devenait une entreprise internationale. La firme ouvrit de nouveaux bureaux à New York et Paris, et en 1972, l’entreprise Lundbeck Ltd fut fondée à Luton, Royaume-Uni.

Olaf Hübner, force motrice principale de l’avancée continue de Lundbeck en recherche et développement pendant plus de 30 années.

Olaf Hübner, moteur majeur des progrès continus de Lundbeck en recherche et développement intensifia ses voyages dans les années 60. Après un séjour au Canada et aux États-Unis, il s'arrêta au Japon pour y nouer des relations dans la communauté scientifique et le secteur pharmaceutique japonais.

Grâce aux contacts qu’il avait fermement établis au Japon, et avec l’intention de promouvoir les produits développés par Lundbeck et aussi d'acquérir des licences de nouvelles substances, Lundbeck ouvrit son premier bureau japonais à Tokyo en 1969.

La firme ouvrit de nouveaux bureaux à New York et Paris, et en 1972, l’entreprise Lundbeck Ltd fut fondée à Luton, Royaume-Uni.

En 1971, Lundbeck réalisait 80 % de ses ventes à l’étranger. Les exportations doublèrent en volume durant l'exercice comptable suivant.

Le saviez-vous

Pendant les années 70, le développement de nouvelles techniques d'imagerie médicale permit aux médecins et aux chercheurs d'examiner l'intérieur du cerveau plus précisément, sans ouvrir le crâne. En 1972, G. N. Hounsfield d’EMI Limited à Londres, Angleterre mit au point le premier prototype de scanner ou de tomodensiométrie. Le médecin et chercheur américain Raymond Damadian créa le premier appareil d'imagerie à résonance magnétique (IRM) au monde alors qu'il étudiait les propriétés analytiques de la résonance magnétique. En 1974, M. E. Phelps, E. J. Hoffman et M. M. Ter Pogossian mirent au point le premier scanner de tomographie par émission de positrons (TEP), appareil qui permet de visualiser l'activité du cerveau. Les médecins utilisent les scanners TEP pour observer le flux sanguin et la consommation d’oxygène par le cerveau.

Priorité accordée aux maladies du cerveau à l’exclusion des autres affections

1976-1985

Après 60 années de croissance et de développement reposant sur un large éventail de produits, Lundbeck décida à la fin des années 70 de fermer progressivement ses services cosmétiques et ses représentations existantes afin de se consacrer au développement et à la commercialisation de médicaments.

À la fin des années 80, Lundbeck intensifia encore plus cette stratégie commerciale : désormais, l’entreprise se consacrerait à des activités de recherche, de développement, de fabrication et de commercialisation de médicaments pour le traitement des maladies du cerveau.

Dans les années 80, Lundbeck commença à porter une attention accrue au renforcement de son positionnement dans le domaine du système nerveux central (SNC).

Présence de Cipramil® dans 70 pays

1986-1995

Lundbeck connut une croissance rapide dans les années 90 en raison du succès rencontré par Cipramil®. Cette spécialité fut enregistrée dans plus de 70 pays pour le traitement de la dépression et de l’anxiété.

L’équipe de Klaus Bøgesø à l’origine du développement de l’escitalopram.

En 1990, année du soixante-quinzième anniversaire de l’entreprise, ce médicament rapportait 0,5 milliards de couronnes danoises en recettes à l’entreprise et celle-ci possédait 8 filiales. La société employait 739 personnes, dont 189 à l’étranger.

Molécule d’escitalopram.

Le saviez-vous

Au début des années 90, le président des Etats-Unis, George W. Bush annonça que cette décennie serait celle du cerveau, soulignant ainsi la dimension politique nouvelle des maladies cérébrales. En 1993, le gène responsable de la maladie de Huntington fut isolé. En 1994, Alfred G. Gilman et Martin Rodbell furent co-lauréats du prix Nobel pour avoir découvert dans la cellule humaine une famille de protéines appelées les récepteurs couplés aux protéines G (RCPG) et leur rôle dans la transduction de signal. En raison de leur importance physiologique et physiopathologique, les RCPG étaient appelés à devenir des cibles très efficaces pour une grande partie des médicaments modernes. En 1995, le docteur John R. Marler et ses collègues firent la démonstration de la première intervention probante chez les patients subissant un AVC.

Contribution de Cipralex® à la croissance de Lundbeck

1996-2005

Afin de garantir la continuité de son succès, Lundbeck intensifia ses activités de recherche et se mit à acquérir des licences de médicaments développés par d’autres firmes pharmaceutiques. Lundbeck put ainsi lancer de nouveaux médicaments destinés à remplacer d'autres produits dont les brevets avaient expiré.

L'admission de ses actions à la cotation sur la bourse de Copenhague en juin 1999 marqua enfin l'arrivée à maturité de la société fondée par Hans Lundbeck. Cette introduction en bourse permettait à l’entreprise d’avoir accès à de nouveaux capitaux pour l'acquisition éventuelle de filiales supplémentaires. L'entreprise en possédait 30 en 2000. Ceci augmenta la visibilité de l'entreprise, d'où une responsabilité accrue pour la direction, mais aussi la possibilité de recourir à un nouveau mode de rémunération des salariés en actions. Le lancement de Cipralex®/Lexapro® eut lieu en 2002. Les ventes de ce médicament proposé dans une centaine de pays dans le monde entier augmentèrent jusqu’à représenter la part prépondérante du chiffre d'affaires de Lundbeck.

Lundbeck fonda l’institut Lundbeck en 1997 afin de réduire le fardeau représenté au plan mondial par les maladies du cerveau en éduquant le corps médical international.

Réception organisée le jour de la cotation à la bourse de Copenhague en 1999.

En 2003, Lundbeck acquit l’entreprise américaine de recherche Synaptic, constituant ainsi une entité de recherche permettant de jeter un pont vers les Etats-Unis. Cette acquisition était en partie motivée par l'intérêt de la société pour l’étude plus poussée de la famille des récepteurs couplés aux protéines G, Synaptic étant spécialisée dans ce domaine.

Parcours de croissance stratégique

2006-2015

En 2008, Lundbeck aborda un nouveau tournant de sa croissance stratégique, passant d’un statut d’entreprise principalement européenne à celui d’une société d’envergure mondiale, en se développant dans de nouveaux marchés à l’international.

À la fin de 2013, Lundbeck employait environ 6 000 personnes dans 57 pays.

En 2009, Lundbeck acquit Ovation Pharmaceuticals Inc., ce qui dotait l’entreprise de sa propre structure commerciale aux Etats-Unis, le plus grand marché pharmaceutique au monde. Lundbeck acheta aussi Elaiapharm en France, augmentant ainsi ses capacités de production. L’entreprise procéda au lancement aux Etats-Unis de Sabril®, médicament indiqué pour le traitement de l’épilepsie.

En 2013, l'entreprise lança Abilify Maintena® aux Etats-Unis en vue du traitement de la schizophrénie.

En 2011, Lundbeck mit sur le marché Saphris®/Sycrest® en vue du traitement de la schizophrénie et des troubles bipolaires. Lundbeck fonda par ailleurs un centre de recherche en Chine. La firme passa un accord historique avec la société japonaise Otsuka Pharmaceutical Co. Ltd afin de mettre au point des médicaments novateurs ciblant les troubles mentaux. Les patients américains atteints du syndrome de Lennox et Gastaut purent bénéficier d’une nouvelle solution thérapeutique grâce au lancement d’Onfi®.

Brintellix® fut lancé en 2014 aux Etats-Unis et dans certains marchés européens et internationaux en 2014 comme médicament indiqué pour le traitement de la dépression.

En 2013, Lundbeck fit ses premiers pas dans un nouveau domaine en lançant Selincro® en Europe. Ce médicament est indiqué pour le traitement de l’alcoolo-dépendance. En 2014, Lundbeck renforça sa présence commerciale aux Etats-Unis en acquérant Chelsea Therapeutics et le médicament Northera® destiné au traitement de l’hypotension orthostatique symptomatique d'origine neurogène. Le chiffre d'affaires de Lundbeck avait mis 75 ans à atteindre un demi-milliard. Pendant les 25 années qui suivirent cette étape, les recettes réalisées furent multipliées par 30 de sorte qu’elles s'élevaient à environ 13,5 milliards de couronnes danoises en 2015, l’année du centième anniversaire de l’entreprise.

Le saviez-vous

En 2013, Ernst Bamberg et al. reçurent le Brain Prize décerné par la Fondation européenne Grete Lundbeck pour la recherche sur le cerveau, pour avoir inventé et perfectionné l'optogénétique. Cette technique révolutionnaire permet de déclencher et d’interrompre par la lumière l’excitation de groupes de neurones génétiquement déterminés, ce qui permet de comprendre les caractéristiques de l'activité normale et anormale des circuits de neurones et aussi de concevoir de nouvelles approches du traitement des maladies du cerveau.

Historique des produits

Depuis le siècle dernier, Lundbeck se voue à la recherche, au développement, à la fabrication, à la mise sur le marché et à la vente de médicaments dans le monde entier. Aujourd’hui, nos principaux produits soignent la dépression/l'anxiété, la schizophrénie, l’alcool-dépendance, les troubles bipolaires, les maladies de Huntington, d’Alzheimer et de Parkinson et l’hypotension orthostatique symptomatique d’origine neurogène.

1937

Epicutan®

premier produit développé par Lundbeck pour la cicatrisation des plaies.

1940

Lucosil®

pour le traitement des infections urinaires

1952

Ketogan®

pour le traitement de la douleur aigüe.

1959

Truxal®

pour le traitement de la schizophrénie.

1989

Cipramil®

pour le traitement de la dépression.

1996

Serdolect®

pour le traitement de la schizophrénie.

2002

Cipralex®/Lexapro®

pour le traitement de la dépression et de l’anxiété.

2003

Azilect®

pour le traitement de la maladie de Parkinson.

Ebixa®

pour le traitement de la maladie d’Alzheimer.

2008

Xenazine®

pour le traitement de la chorée associée à la maladie de Huntington.

2009

Sabril®

pour le traitement de l’épilepsie.

2011

Saphris®/Sycrest®

pour le traitement de la schizophrénie et des épisodes maniaques associés au trouble bipolaire.

2012

Onfi®

pour le traitement du syndrome de Lennox et Gastaut (épilepsie).

2013

Abilify Maintena®

pour le traitement de la schizophrénie.

Selincro®

pour le traitement de l’alcoolo-dépendance.

2014

Brintellix®

pour le traitement de la dépression.

Northera®

pour le traitement de l’hypotension orthostatique symptomatique d’origine neurogène.

Cookie Policy
En suivant ce lien vous quittez notre site! Ces sites ont leur propre usage et les règlements de protection des données sont soumis à différentes normes, règlements et lois. Si vous le souhaitez, cliquez sur OK, sinon cliquez sur Annuler, merci.